Comment est-ce possible qu’un médecin suspecté depuis un an d’avoir laissé des cadavres pourrir et se faire manger par des rats dans une Université soit actuellement conseiller du ministre de la santé Olivier Véran ?

D’abord un peu de contexte. Le 26 novembre 2019, le journal l’Express publie une enquête sur le traitement des morts légués pour la science au sein de l’Université Paris-Descartes. L’enquête est accablante et on se rend compte que depuis plusieurs années c’est un enfer ! Les corps sont découpés en plein milieu des couloirs du Centre de Don des Corps (CDC) et les étudiants réalisent des dissections sur des cadavres porteurs d’Hépatites et du Sida sans aucune protection supplémentaire.

Les corps sont découpés en plein milieu des couloirs du Centre de Don des Corps (CDC) et les étudiants réalisent des dissections sur des cadavres porteurs d’Hépatites et du Sida sans aucune protection supplémentaire.
Image
Pire, certains préparateurs du CDC jouent au foot dans les couloirs avec des têtes coupées et on retrouve des mégots de cigarettes au milieu de viscères humains. Voici un extrait de l’enquête de Anne Jouan et Elodie Guéguen :

« Ce qui me choquait le plus, c’était l’irrespect total des défunts. Certains préparateurs s’amusaient avec les cadavres, ils prenaient les têtes pour des ballons et jouaient au foot avec dans le couloir, assure Léopold. Pour les pièces anatomiques fraîches et congelées, je me souviens d’un technicien fouillant dans le congélateur dans cette pseudo chambre froide. Il prenait les têtes et me les jetait. Je devais les rattraper au vol. J’en ai fait part aux responsables qui m’ont dit que le préparateur en question était ‘sanguin’. Mais pour moi, on peut être sanguin tout en respectant les morts ! »

Mais ce n’est pas tout ! On apprend également qu’après une série de pannes des chambres froides, atteignant parfois les 17°C, il y a au sein du CDC une prolifération des mouches et des souris qui viennent pondre et grignoter les corps ! Le témoignage fait par la secrétaire générale est tout simplement hallucinant :
« En mai 2016, une grosse panne des réfrigérateurs a duré une dizaine de jours. Il faisait 14 °C dans les chambres froides, contre les 4 °C maximum requis. Les frigos datant de l’inauguration, en 1953, étaient déjà tombés en panne avant mon arrivée. On réparait, mais rien n’était fait pour anticiper. Notre société de maintenance ayant refusé d’intervenir, il m’a fallu en trouver une autre, de toute urgence. Conséquences : une décomposition accélérée, la prolifération de mouches avec ponte d’œufs et, donc, des vers. Beaucoup de corps n’ont pas pu être mis à disposition pour la dissection et sont partis directement au Père-Lachaise. Cet épisode a été un traumatisme. »
Je ne vous montrerai pas la totalité des clichés réalisés sur place sur pour vous donnez un ordre d’idée de la catastrophe voici une image. Oui vous ne rêvez pas, il s’agit de têtes humaines coupées en état de décomposition, emballées dans des sacs plastiques en France en 2016.
Image
Autre cliché montrant bien l’ampleur de la catastrophe : voilà une photo de la porte d’une chambre froide censée accueillir les corps. Outre l’état déplorable de la porte, elle ne ferme même plus… Il y a moins de respect pour les corps que pour des boissons dans une épicerie.
Image
Konbini a d’ailleurs fait une vidéo sur cette question en juin dernier mais trop peu vue à mon goût (sûrement à cause du déconfinement). À voir et à revoir !

Au-delà des problèmes éthiques que soulève la conservation de ces corps, de nombreuses personnes ont aussi témoignés du fait que les cadavres étaient vendus à des industriels privés notamment ceux de la filière automobile pour réaliser des simulations d’accident. Je rappelle si nécessaire que ces personnes ont fait don de leur corps après leur mort afin de pouvoir aider et servir la médecine. Il est totalement intolérable qu’ils puissent être traités ainsi ! Imaginez vos soeurs, vos frères ou vos parents dans la même situation…

Bref, maintenant que le contexte est posé, revenons en à nos moutons. Dans cette affaire on retrouve un certain nombre de personnes impliqués notamment Frédéric Dardel, président de l’Université Paris-Descartes à l’époque et qui, a été par la suite baladé de services en services. En effet jusqu’en juin 2020 il était conseiller de Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement Supérieur (tiens donc) avant d’être remercier avec quand même une place au chaud à l’Inserm. Il était au courant de tout comme en témoigne ce dossier de 2016 qui alertait déjà sur ces questions… Il a récemment été mis en garde à vue pour répondre de ses agissements dans cette affaire.

Une autre personne qui nous intéresse : Antoine Tesniere. À l’époque des faits, il travaille à l’Université au même étage que celui où sont situées les chambres froides. Il reçoit d’ailleurs plusieurs mails qui s’excusent des odeurs émanant du CDC.

« Le professeur Alexandre Mignon, qui a cofondé avec le Pr Tesnière le laboratoire de simulation chirurgicale Ilumens dans les locaux du Centre du don des corps en 2012, certifie à la cellule investigation de Radio France avoir prévenu Axel Kahn, dont il est proche, de dysfonctionnements majeurs qu’il avait constatés au CDC au cours de l’année 2011. « J’ai dit à Axel Kahn que j’avais vu des corps conservés dans des conditions catastrophiques, déplorables. Et que j’avais été témoin de sorties de corps à l’extérieur de l’université [pour du trafic], ce qui est extrêmement choquant », affirme Alexandre Mignon. »

Avant la démission de la Secrétaire générale, il est aussi destinataire de plusieurs mails qui rendent compte de la situation au sein du CDC. On rappelle encore une fois que son bureau se situe à quelques dizaines de mètres d’un enfer absolu. Évidemment aucune réponse aux médias…

Vous allez me dire que cette personne doit être totalement grillée et planquée… c’est tout le contraire ! À croire que l’affaire lui a fait l’effet d’un tremplin. Depuis janvier 2020 il est même vice-président de l’Université Paris-Descartes. Encore pire, en mars il intègre le cabinet d’Olivier Véran, nouveau ministre de la santé. Depuis mai, il est un même un des plus proches conseillers du ministre sur les questions liées à la gestion du COVID-19. Capable de gérer le Covid mais pas une porte de chambre froide ?

Le traitement médiatique autour de sa nomination est d’ailleurs catastrophique. Alors qu’une semaine avant, un article établissait clairement son lien avec l’affaire. Ce lien n’est même pas mentionné dans les médias principaux.

Loin de moi l’idée de donner du grain à moudre aux théories les plus farfelues mais force est de constater qu’avec les doutes qui planent sur lui, sa participation aux décisions les plus importantes censées sauver des vies est totalement déplacée et immorale. Après Darmanin accusé d’abus sexuels on a donc un conseiller ministériel qui fermait les yeux quand des gens jouaient au foot avec des têtes de défunts et quand des rats mangeaient des corps à quelques couloirs de son bureau. Espérons que les morts du Covid seront mieux traités.

Auteurs

À propos de l’auteur

#JesuisCharlie | Futur prof issu de ZEP 🇬🇬 SMC 🇬🇬 | Morgane de toi | M2 MEEF 👨‍🎓

Vous pouvez également aimer :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code