Je prononce à regret cette fatale vérité, mais la Charlosphère doit mourir car il faut que le charlisme vive.

Bien évidemment, je n’ai pas pris cette décision seul. J’en ai parlé à d’autres Charles influents, à d’anciens Charles ainsi qu’à des amis.

La Charlosphère a été lancée par mon ami El Pelo pour troller des intersectionnels sur une histoire de doubles-comptes. J’en ai déjà parlé ici. A l’origine, avec les premiers membres, nous prônions le débat et la satire, sans tabou. Nous étions pour la grande majorité issus de divers courants la gauche souverainiste. Refusant tout dogmatisme, nous avons accepté dans nos rangs des gens de tous bords. Et nous n’avons rien à regretter de tout cela, car nous avons pu avoir des débats très intéressants, mais aussi de franches rigolades entre amis de divers bords politiques et de toutes les religions.

Mais le groupe a peut-être trop grossi. Au début nous étions avant tout des gens de gauche souverainiste. Puisque nous prônions le débat et la discussion, nous avons accepté des gens plus libéraux ou plus réactionnaires. Et encore aujourd’hui nous n’avons absolument pas à regretter ce choix d’ouverture au débat, débat que beaucoup trop refusent de nos jours par sectarisme.

Cependant, il est évident que cela a ses limites. Vu de l’extérieur, le public a tendance à coller une couleur politique aux Charles, comme si nous étions tous plus ou moins de la même idéologie. Ainsi, les Charles de droite sont considérés comme de dangereux bolcheviks par leurs camarades, tandis que les Charles de gauche sont suspectés de crypto-fascisme rouge-brun de leur côté.

Ainsi, cette initiative d’ouverture au débat s’est transformée pour beaucoup de Charles en une exclusion de son propre bord politique et finit par procurer l’effet inverse : cela rend toute discussion plus difficile avec des non-Charles de tous bords.

C’est ainsi que j’annonce les six mesures suivantes :

  1. Le blog Charlistan.net, qui est selon moi le meilleur élément qu’on ait tiré de la Charlosphère, sera renommé. Son contenu restera tout de même présent sur la plate-forme en intégralité et nous continuerons de l’alimenter.
  2. Parce que rien n’annulera les amitiés nouées, les divisions créées seront conservées si ceux qui les dirigent veulent les garder. Mais elles n’auront plus de lien officiel avec une quelconque communauté des Charles.
  3. Le Charlement n’a rien à voir avec les Charles, n’en déplaise à l’extrême-Charles.
  4. Les Charles les plus récents sont encouragés à retrouver leur identité non-Charles. Je conseille de préciser votre ancien TN ou votre ancien @ en bio pendant un temps afin qu’on vous reconnaisse.
  5. À partir de maintenant le symbole de la photo de profil Charlie Chaplin ne sera plus reconnu comme un signe d’appartenance à la Charlosphère, la Charlosphère n’existant plus.
  6. Même si cela n’a pas de rapport direct avec les Charles de Twitter, le serveur Discord « La Charlosphère » créé par moi sera renommé. Ce Discord, à la base créé pour jouer aux jeux vidéo et discutailler pendant le confinement, m’a beaucoup amusé au début, notamment pour ses parties de Minecraft et ses débats. Mais il est devenu trop gros, très vite extrêmement politisé, et surtout très bordélique. Le modérer ne m’a jamais passionné et est un trop grand travail par rapport à ma motivation. N’ayant pas été actif sur ce serveur depuis au moins 6 mois, il n’a plus de rapport avec moi depuis longtemps, mais je ne regrette pas de l’avoir fait. Ainsi je quitte la modération.

Et après ?

J’invite chaque Charles à changer son rapport à Twitter. Le troll est rigolo, facile et fait parler de nous mais ça n’apporte plus rien. Ça peut même amener des emmerdes très concrètes. Il vaut mieux faire des choses sérieuses agrémentées de quelques blagues que troller pour troller. À la longue, ça devient juste lourd et ça n’apporte rien. Surtout lorsque vous galvaudez gratuitement juste pour passer sur Décharlisons TV. Je conseille aussi de limiter les réactions à chaud et les débats simplistes. Le camarade @Charlucescu est un très bon exemple de cet équilibre entre humour et propos sérieux et bien travaillés et cela relève le niveau de Twitter tout en étant divertissants. C’est son exemple que je vais suivre à présent.

Ne regrettez pas que ce soit terminé, mais soyez heureux que ça ait eu lieu. Malgré la dissolution de la Charlosphère devenue une structure décadente, l’esprit initial de la Charlosphère – que nous appelons le charlisme – demeurera à travers ses anciens membres. Nous sommes nombreux à nous être rassemblés sous la bannière de la Charlosphère avec un point commun : le refus de tout dogme et de toute « cancel culture » de droite comme de gauche créant des sphères fermées, et l’ouverture à la discussion.

Désormais, décharlisons le Web et recharlisons la France.

Image

À propos de l’auteur

Travailleur d'une banlieue de province, possède une licence d'histoire, à République Souveraine.

Vous pouvez également aimer :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code