Quand on emploie l’expression “victime de la mode”, on n’imagine pas que celle-ci puisse être très dramatiquement et authentiquement vraie. Car il est des modes vestimentaires et des modes comportementales, alors pourquoi pas le suicide ?

C’est en tout cas ce que suggère l’étonnante recrudescence de suicides observée après la parution des Souffrances du Jeune Werther de Goethe. Ce roman épistolaire voit son protagoniste commettre le geste de mort contre soi, ne pouvant vivre son amour avec Charlotte.

Pour ma part je comprends ce qu’il y a d’esthétique dans le suicide, sinon pourquoi tant d’œuvres picturales et poétiques le prendraient comme sujet ? C’est dans la tension dramatique que réside son intérêt. C’est un ressort romantique de premier ordre. Mais c’est celui de l’autre – celui que l’on n’est pas – et sa mise en scène que fixent l’œil et la main de l’artiste. Aucun suicidé n’a le loisir d’admirer son œuvre, car l’œuvre se déroule non seulement l’instant d’avant, mais surtout, ailleurs. Sur la toile, dans les pages.

La publication du premier roman de Goethe ne laisse donc personne indifférent. Du côté des autorités on s’inquiète vivement quant à la moralité du récit et on tente de le censurer. Le public en revanche est enthousiaste, en l’espace d’un roman, Goethe devient incontournable. Si les jeunes hommes et les jeunes femmes s’habillent à la manière de Werther et Charlotte, il semblerait que les plus radicaux (et désespérés ?) poussent l’imitation jusque dans la manière qu’a le jeune héros de se donner la mort.

C’est l’objet de quelques lettres de Germaine de Staël, une grande suicideuse de personnages et apologue du suicide avant son volte-face dans Réflexions sur le suicide.

La mode n’est pas faite pour durer, la mort si. Et l’acte de suicide passe plus vite que les collections les plus éphémères. C’est son propre paradoxe. Trop court et trop long à la fois. C’est un sacrifice qu’il vaut mieux ne pas consentir au romantisme de Goethe.

À propos de l’auteur

Amateur d'art, d'esthétique et de culture, pourfendeur de fans de k-pop.

Vous pouvez également aimer :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code